THELOOKMAG, le magazine culturel qui, chaque semaine, vous rapproche de ce qui vous ressemble, à travers sept rubriques et plus d’une quarantaine de styles.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus FERMER
THELOOKMAG

Le magazine culturel qui vous rapproche de ce qui vous ressemble

fashion-night-couture-2016-thelookworld-thelookmag

Fashion Night Couture 2016 : Et Dieu… créa Coco Chanel !

Le 22 avril 2016, le salon des miroirs accueillait la sixième édition de la Fashion Night Couture, organisé par Millenium Concept. Mannequins aux démarches dansantes et créateurs à l’imagination intarissable, ce défilé n’a de cesse de conquérir son public. Cette édition, présentée par Keri-Lise Andersone et Philippe Noël s’est avérée vibrante d’émotions. Elle rendait hommage à l’une des figures les plus emblématiques de la mode : Coco Chanel. À travers cet évènement, Philippe Noël et son équipe ont également souhaité faire honneur à l’Afrique et à Paris. C’est donc une présentation aux multiples clins d’œil qui s’est déroulée sous nos yeux, toujours dans un esprit de célébration propre à la Fashion Night Couture.

Lydie Djamba

C’est Lydie Djamba, créatrice pour Alisha Faites La Mode qui ouvre le bal à travers sa collection « Afro Chic » qui présente un savant mélange de culture. La dentelle côtoie l’éthique, le street côtoie le chic, les styles se mélangent pour former celui de Lydie Djamba. Des larges capuches présentes sur une grande partie des créations et un numéro de brassard, le 38, témoignent d’une forte influence hip-hop. Ce n’est pourtant pas là que se situe la signature de la créatrice mais plutôt dans cette ouverture d’esprit qui se retrouve aussi bien dans les coupes que dans les matières. Un col de type perfecto très rock, puis une manche bouffante évoquant une époque plus lointaine, des coupes asymétriques, des couleurs vives et des tons plus sobres… Lydie Djamba n’a pas peur de jouer sur tous les tableaux et ce n’est pas peu dire car voici qu’arrive d’autres créations sur lesquelles sont imprimés des œuvres d’art. La créatrice fait défiler Van Gogh ou encore La jeune fille à la perle de Johannes Vermeer sur le catwalk. Elle fait ainsi preuve d’une audace et d’un cran qu’on ne peut que lui envier.

Cliquez pour agrandir

Prisca Fanogny

Prisca Fanogny (NORA & PF) prend la relève avec des créations tantôt androgynes, tantôt féminines. En vérité elle nous décrit la femme belle et puissante. Ses tenues, percutantes n’ont de simples que l’apparence car à travers son travail subtil, sa collection est un symbole : celui de la domination. On entendrait presque Beyoncé nous rappeler à l’oreille  » Who Run the world ? Girls ! » à la vue de ces femmes prêtes à conquérir le monde ! Parfaite illustration de l’impression suscitée par cette collection, une robe longue bustier, couleur crème et matières nobles, fendue sur le côté et incroyablement sexy. Ce n’est pourtant pas la beauté qui nous frappe mais la force qui en émane avec ce buste de bronze reptilien. Des Working girls conquérantes et des robes de soirée d’un chic discret et d’une élégance incontournable se succèdent tour à tour unies par une même idée : la femme est belle, libre et forte. La collection « Avenir de la fille des îles » de Prisca Fanogy à la fois impressionnante et émouvante marque les esprits.

Cliquez pour agrandir

Kathy Khan

Une reine de rouge et de noir s’avance sur le catwalk. C’est ainsi que démarre la présentation de « Catch your dream« , la collection de  Kathy Khan.  Intimidante et mystérieuse, on ne sait dans quel camp l’imaginer. Car le défilé de Kathy Khan se présente comme un combat entre le bien et le mal. Un petit chaperon noir d’une beauté menaçante succède à la reine des cœurs, suivi d’une création printanière, toute fraîcheur et douceur, aussi légère que les papillons qui ornent les tissus transparents. Puis vient un cygne noir… puis une princesse masquée dont la robe de micro-pétales affiche le plus doux des roses… puis une beauté ferme mais mélancolique, toute de grise vêtue. Lumière et ténèbres, douceur et noirceur, cette collection contrastée hypnotise. Et pour cause on se sent soit-même tiraillé entre deux camps dont les charmes nous dépasse. On ne peut que rester fasciné, ébahi par ce combat gracieux qui se déroule sous nos yeux dans un tourbillon d’obscurité et de luminosité. C’est la femme fatale au sombre dessein et la fille sage au cœur pur qui vous tendent la main, chacune vous incitant à la rejoindre. Une déesse blanche vient tout juste de vous envoûter quand un ange noir vient de nouveau vous amener à vous joindre à elle. Et voici que Coco Chanel arrive, droite et fière, interrompant la lutte. Une robe la succède, renversante dont le dégradé du blanc vers le noir témoigne de sa neutralité. La paix est revenue.


Cliquez pour agrandir

Fania Ralalatiana

La première création de la collection « Océanique » de Fanja Ralalatiana (K-rpediem) donne le ton. Cette robe longue, marinière, dont le bleu présente le motif des vagues qui sillonne une mer nous transporte loin, bien loin de Paris et proche, plus proche de l’océan. La suivante, d’un bleu plus clair nous rapproche du rivage et nous laisse entrevoir une terre verdoyante. Les détails sont d’une extrême importance dans cette collection car ce sont eux qui, inconsciemment, nous donne cette impression de voyager. Exit le salon des miroirs, Fania Ralalatiana nous plonge au cœur de l’océan pour nous faire découvrir la vie qui s’y cache à travers une petite robe dont les motifs représente des poissons haut en couleurs. Une belle vague illustré par la création suivante, une robe d’un bleu profond dont le col est entouré de longues franges noires vient effacer la précédente pour laisser place à un charmant ensemble dont la jupe en tulles est parsemée de coquillages. Est alors extraite de ces eaux enchanteresse une création d’un rose poudré, entrelacé de cordes affichant une décontraction déconcertante. L’arrivée au port est illustré par tailleur sur lequel s’illustre des photos de plages et des correspondances empreintes d’un air de vacances. Retour sur la terre ferme avec une longue robe bustier noire, longiligne, dont le bandeau à tendance rouge démontre une inspiration ethnique que l’on retrouvera plus tard dans un magnifique tailleurs, symbole de l’évolution, symbole d’une modernité qui conserve ses racines et les affirme haut et fort.


Cliquez pour agrandir

Chalina Couture

Avec sa collection « Sophie d’Amour« , le nom de Chalina pourrait bien devenir un synonyme de l’élégance. Ce ne sont plus des mannequins qui défilent sur le tapis rouge mais de véritable muses de la mode qui se succèdent, affichant leur divinité au regard de l’assistance. La soie semble être l’une des matières favorites de la créatrices et on ne peut que lui donner raison quant à ce choix. L’élégance, elle le conjugue à tous les tons, du plus pastel des bleus au plus passionné des rouges. Dénudant certaines parties du buste sans céder à la vulgarité, décorant certaines de ses créations de swaroskis sans céder à l’exagération, Chalina Couture démontre une fois de plus l’étendue sa maîtrise. On la retrouve à nouveau inspirée par les danseuses orientales sur deux de ses œuvres et cette touche de divinité romaine qui en orne d’autres. Certaines de ces tenues semble même faire partie des mannequins tant ils en épousent les formes. L’Olympe s’est retrouvée sur le tapis rouge de la Fashion Night Couture.


Cliquez pour agrandir

Marie-Laure Jaomatana

Le défilé se poursuit avec la collection « Tsarasoa » de  Marie-Laure Jaomatana qui se caractérise par une agréable fraîcheur. Inspirée par la nature, les premières créations, blanches et rouges, ornées de fleurs d’hibiscus est semblable à une légère brise d’été qui souffle à notre visage et nous rafraichit agréablement. Les capuchons présents sur la plupart d’entre elles donnent au mannequins la grâce d’un serpent royal. C’est ainsi que Marie-Laure Jaomatana nous montre l’Homme plus près de la nature que jamais. Tout au long du défilé les broderies florales qui ornent les créations laissent la place à des scènes autours de la vie dans un village africain, comme pour nous rappeler qu’ailleurs, des hommes vivent dans le respect de leur environnement et vivent de ce que la terre leur donne et lui rendent ses bienfaits. Comme pour nous rappeler qu’ailleurs, l’Homme est en communion avec cette nature bienveillante. Les robes à dominance rouge irradient une chaleur étouffante, les bleues parviennent à rafraichir. On oublie alors Paris et sa météo capricieuse.


Cliquez pour agrandir

Tarquin Benel

Tarquin Benel sera la belle conclusion de ce défilé. Car dès lors que ses créations s’avancent sur le catwalk, c’est le rêve qui s’invite dans la réalité. « Pourquoi les contes ne deviendraient-ils pas réels ? » est le nom de cette collection onirique qui nous rappellent à nos songes d’enfants. Des robes, dignes des plus belles princesses, défilent sous nos yeux, évoquant en nous les héroïnes des contes qui ont bercé notre jeunesse. Les voici modernisées et envoûtantes. Un chaperon rouge, une fée, une nymphe, une belle au bois dormant, et voici que l’on se retrouve à l’âge où le bonheur se résumait à bien peu de choses, à l’âge où tout pouvait nous émerveiller. Une femme camouflée sous une longue cape de fourrure noire rejoint le ballet. La mystérieuse avance. Qui est-ce ? Arrivée devant les photographes elle se dévoile. Cendrillon ! Elle était arrivée si menaçante et la voici qu’elle repart si rayonnante ! L’une de celles qui aura le plus marqué les esprit aura été la dame Paon faisant la roue sur le catwalk. Le rêve s’achève alors en beauté avec un hommage à Coco Chanel qui joint l’extravagance à l’élégance.

Cliquez pour agrandir

Cliquez ici pour découvrir le replay de la Fashion Night Couture

Photo Couverture : ©E.P.Photografia


Découvrez aussi d'autres articles Mode & Beauté ou style Bollywood ou style Chic ou style Ethnique ou style Fashion

⬇️ Cliquez ci-dessous pour accéder au contenu de notre partenaire 😊 ⬇️

Auteur /


Rizhlaine FERFAR
Je suis venue, j'ai vu, j'ai gratté.

6 commentaires sur “Fashion Night Couture 2016 : Et Dieu… créa Coco Chanel !

  1. lecouturier dit:

    Les coutures sont à couper le souffle , vraiment les créateur ont beaucoup de goût et bravo au photographe pour c’est magnifique photo on à vraiment l’impression d’y être.

  2. la viper dit:

    Sympathique, personnellement je trouve que les créations de Lydie Djambo ne sont pas jolie.
    Gros coup de coeur par contre pour les créations de Chalina Couture c’est magnifique.
    Les autres créations sont jolie
    Je trouve encore dommage que sur les défilés les femmes manquent terriblement de forme et sont vraiment maigre pour certaine, je pensais que cela était révolue et que l’on verrait de belle femme avec de belle forme. Car vue de dos ou de profil ce n’est pas très jolie et ne met pas assez en valeur les créations « sa flotte » c’est dommage de ne pas prendre des femmes avec un beau 38-40 voir même plus .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


PRESSE - PARTENARIATS - CONTACT - MENTIONS LÉGALES

THELOOKMAG - Le magazine culturel des styles fait avec amour à Paris ♡