THELOOKMAG, le magazine culturel qui, chaque semaine, vous rapproche de ce qui vous ressemble, à travers sept rubriques et plus d’une quarantaine de styles.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus FERMER
THELOOKMAG

Le magazine culturel qui vous rapproche de ce qui vous ressemble

independance-day-resurgence-roland-emmerich-thelookworld-thelookmag

INDEPENDENCE DAY : daube !

Tous ceux qui étaient ados il y a vingt ans s’en rappellent. En 1996 sortait Independence Day, un blockbuster qui a marqué l’histoire du cinéma et faisait de Roland Emmerich le pape des films de fin du monde. Des aliens aussi moches que méchants venaient tout casser et les humains l’emportaient d’un cheveu. En 1996, on avait un excellent film-catastrophe. En 2016, c’est le film lui-même qui est une catastrophe.

independence-day-resurgence-affiche-barry-levinson-thelookworld-thelookmag

Alors vous auriez dû vous préparer un peu mieux que ça ! – Facebook Officiel

 

niveau zéro de la créativité

Vingt ans, jour pour jour, après leur déculottée universelle, ils débarquent pour un match retour. Mais les humains ont mis de côté leurs contentieux pour se préparer au retour des vilaines bébêtes d’outre-galaxie et ont assimilé leur technologie. Bref, tous les éléments semblaient réunis pour faire une suite digne de ce nom. Or, il n’en est rien ! Au lieu de créer un univers alternatif (nous sommes dans une uchronie) avec un monde très différent du nôtre qui aurait fait un bond de deux-cents ans en avant en vingt ans, on se retrouve dans un monde identique au nôtre à quelques détails près. Il y avait pourtant matière, il suffit de voir Pacific Rim de Guillermo Del Toro qui nous avait créé un monde riche et intéressant issu de la confrontation avec ses monstres démesurés. Aucune originalité si ce n’est quelques bâtiments vaguement futuristes, et le nouvel arsenal militaire n’est qu’une pâle copie de celui de l’ennemi. Exemple concret : les véhicules roulent toujours à l’essence. S’il y avait quelque chose dont on aurait pu souhaiter la disparition, c’est bien le lobby du pétrole. Pas de chance, il se porte très bien, bien que l’énergie illimitée et non-polluante ait été découverte.  Côté créativité, on est très loin du niveau de jeux vidéo comme les franchise Halo, Mass Effect, ou encore Xcom, qui eux, ont su créer un monde à part entière.

On s'arrache ! – Facebook Officiel

On s’arrache ! – Facebook Officiel

CONCURRENCE RUDE

Au début des années 90 avait commencé la révolution numérique, notamment avec Terminator 2 et son mémorable T-1000 protéiforme et plus encore avec Jurassic Park et ses dinosaures plus vrais que nature. Avec son invasion de E.T. à bord de galettes géantes qui rasaient nos villes, Emmerich avait fait très fort. Depuis, de nombreux films ont tenté de faire mieux, parfois avec succès. Parmi eux, la trilogie Star Wars centrée sur Anakin Skywalker (oublions le décevant épisode VII), les films sur l’univers Marvel, Avengers en particulier, et plus récemment la nouvelle franchise de Star Trek. Même les Transformers de Michael Bay font mieux, c’est tout dire ! Nous sommes gavés de films-catastrophe à grand renfort d’effets spéciaux mais qu’importe qu’on soit habitué, ça reste toujours un moment de plaisir. Mais pas avec Independence Day Resurgence, où ceux qui ont découvert le premier du nom au cinéma en 1996 ne retrouveront pas une once de l’émotion qu’ils ont eu à l’époque.

independence-day-resurgence-jeff-goldblum-thelookworld-thelookmag

Tu nous manques, Will… – Facebook Officiel

UN CASTING DE SÉRIE B

Tout d’abord, on déplore l’absence de Will Smith, héros du premier volet qui aurait refusé, dit-on, parce que le montant de son cachet était trop en-deçà de ses prétentions. Quand on a vu le film, on se dit qu’il a bien fait et on se demande aussi s’il n’a pas refusé parce que le script l’a dégoûté. Les deux autres acteurs principaux du premier film, Bill Pullman et Jeff Goldblum ne parviennent pas à remonter le niveau et ce n’est pas l’arrivée de Charlotte Gainsbourg qui y changera quoi que ce soit. Pour enfoncer le clou, le film fait la part belle à une jeune génération avec Liam Hemsworth (petit frère de Chris alias Thor), accompagné de quelques jeunôts sans aucun charisme tout droit sortis de sitcoms pour ados. Avec une relève pareille, on ne se sent pas en sécurité. Pour conclure, ça ne valait pas la peine d’attendre vingt ans si c’était pour refaire le même film en moins bien.

independance-day-resurgence-nouvelle-generation-acteurs-thelookworld-thelookmag

C’est ça la nouvelle génération !? – Facebook Officiel

Les + :

→ de l’action

→ continuité logique vingt ans après

→ l’arme d’inversion gravitationnelle, seule bonne idée du film

Les – :

→ une reine alien on ne peut plus ridicule

→ un vaisseau amiral grotesque

→ Will Smith n’a pas voulu rempiler (en même temps, on le comprend)


Découvrez aussi d'autres articles Cinéma & Séries ou style Cyber ou style Geek ou style Strange

⬇️ Cliquez ci-dessous pour accéder au contenu de notre partenaire 😊 ⬇️

Auteur /


Fred
Artiste, passionné de BD et de cinéma, je m'intéresse aussi à l'histoire et à la géopolitique.

4 commentaires sur “INDEPENDENCE DAY : daube !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


PRESSE - PARTENARIATS - CONTACT - MENTIONS LÉGALES

THELOOKMAG - Le magazine culturel des styles fait avec amour à Paris ♡